Risques psychosociaux : enjeux et coûts en Suisse

Julie Zumbühl
Julie Zumbühl publié le 4 février 2019

Historique

L’expression « risques psychosociaux » (RPS) est apparue au cours des années 2000 dans les préoccupations des professionnels de la santé au travail. Ce terme a d’abord été utilisé comme une extension du concept de « stress ».

Le stress désigne un déséquilibre entre la perception des contraintes de l’environnement de travail et la perception de ses propres ressources pour y faire face[1].

Le concept de stress a donc récemment servi de cadre de référence, même si les risques psychosociaux sont initialement apparus dans les années 1970 en relation avec les changements profonds du monde du travail[2].

Aujourd’hui, les discours et publications se multiplient autour d’un concept qui s’est érigé en un temps record comme un problème de santé publique majeur. Différents termes sont utilisés tels que :

· les facteurs psychosociaux de risques ;
· les agents psychosociaux pathogènes ;
· les risques psychosociaux (RPS).

Ces derniers regroupent d’ailleurs souvent pêle-mêle stress, harcèlement moral, souffrance, suicides, dépressions, troubles musculo-squelettiques (TMS), addictions ou violence[3].

Selon l’OMS, les bonnes pratiques en matière de gestion des risques psychosociaux sont bien souvent le reflet de bonnes pratiques dans la gestion d’entreprise.

Actuellement, les risques psychosociaux impliquent des concepts qui désignent soit

· des causes dont l’origine est professionnelle, qualifiées de risques professionnels (liés à l’organisation ou au management)
· des effets sur la santé (stress, harcèlement, violence interne ou externe, burn-out, addictions, souffrance).

Définition

La difficulté qui réside dans leur définition est qu’ils se trouvent au carrefour des sphères personnelles et professionnelles et touchent à la subjectivité tout comme à la difficulté d’authentifier les troubles[4].

Cependant, une définition proposée dans le cadre d’un rapport rédigé sur demande de l’Insee[5] obtient un certain consensus et fait autorité depuis 2011. Selon cette définition, le concept de risque fait référence au lien entre l’exposition aux dangers du travail et les préjudices que cette exposition est susceptible d’engendrer[6].

Plus précisément, les risques psychosociaux sont

«des risques pour la santé mentale, la santé physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental »[7].

En Suisse

Pour le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), les risques psychosociaux désignent des risques pour la santé tels que :

· le stress ;
· le burn-out ;
· la monotonie ;
· les atteintes à l’intégrité personnelle (le mobbing ou le harcèlement sexuel par exemple).

Ces risques sont dus à une conception et une organisation du travail insuffisantes ainsi qu’à un mauvais environnement social sur le lieu de travail.

Ils peuvent avoir des conséquences néfastes sur :

· le psychisme (dépression, trouble anxieux) ;
· le physique (TMS
[8], maladie cardio-vasculaire, diabète) ;
· le comportement au travail (repli, perte de motivation, baisse de performance, dépendance à des substances) ;
· l’entreprise (perte de rendement, coûts liés aux absences et maladies).

Notons qu’en Suisse, différentes dispositions légales[9] obligent l’employeur à protéger la santé physique et psychique des travailleur-se-s. L’employeur peut donc être tenu pénalement responsable s’il a insuffisamment veillé à la protection de la santé psychique et physique des travailleur-se-s, que ce soit en matière d’ergonomie comme d’organisation du travail.

La gestion des risques psychosociaux demande une coopération étroite de la hiérarchie de l’entreprise avec tous les spécialistes de la prévention dans l’entreprise

Situation en Suisse: quelques chiffres

· 250’000 accidents du travail ont lieu chaque année ;
· 670’000 travailleur-se-s sont concerné-e-s par des TMS ;
· 1’300’000 travailleur-se-s se déclarent souvent voire très souvent stressé-e-s sur leur poste de travail (plus de 30% d’augmentation en dix ans)[10].

Il existe une estimation du nombre de jours d’absence professionnelle liés aux risques psychosociaux :

· 1’600’000 jours d’absence professionnelle par année ;
· 967 millions de francs en termes de coûts directs et indirects[11].

De surcroît, on estime que :

· les TMS représentent une perte de capacité de production de 3% pour une prestation de travail annuelle moyenne de 60’000 CHF.

Ces cas représenteraient donc, en raison d’une baisse de productivité, des coûts d’exploitation totalisant 3,3 milliards de francs pour un volume de travail évalué à 40,2 milliards de francs[12].

Prévenir

En Suisse, les contraintes les plus fréquentes sur le plan organisationnel sont :

· le rythme de travail ;
· la pression par rapport aux délais ;
· les interruptions de travail
[13].

Or, selon l’OMS, les bonnes pratiques en matière de gestion des risques psychosociaux sont bien souvent le reflet de bonnes pratiques dans la gestion d’entreprise.

La difficulté principale qui réside dans la gestion des risques psychosociaux est qu’il est difficile de les mesurer ou chiffrer à l’aide d’appareils. En effet, ces risques sont souvent liés à des contraintes psychiques qui sont rarement faciles à aborder pour les employé-e-s de l’entreprise, par peur de conséquences négatives telles que la perte de son emploi.

La gestion des risques psychosociaux demande donc une coopération étroite de la hiérarchie de l’entreprise avec tous les spécialistes de la prévention dans l’entreprise : Responsable Sécurité, DRH et autres spécialistes qualifiés[14].


Références

[1] Institut nation de recherche et de sécurité (INRS) pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail.
[2],4 Leduc, S., & Valléry, G. (2012). Les risques psychosociaux. Presses Universitaires de France.
[3] Lhuilier, D., Giust-Desprairies, F., & Litim, M. (2010). “ Risques psychosociaux”: une nouvelle catégorie sociale? Erès.
[5] Institut national de la statistique et des études économiques (France)
[6] Brun, J.P., Biron, C., & Ivers, H. (2007). Démarche stratégique de prévention des problèmes de santé mentale au travail, Rapport R-514 de l’IRSST.
[7] Ashkenazy, P. et al. (2011). Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser.
[8] Troubles musculo-squelettiques (lombalgie, tendinite, syndrome du canal carpien etc.)
[9] Art. 55 et 328 CO, Art. 6, 59 et 60 LTr, Art. 3 OLT 3, art. 82 LAA principalement
[10] Service de centralisation de la statistique de la LAA ; Grebner, S. et al. (2010). Le stress chez les personnes actives occupées en Suisse — Liens entre conditions de travail, caractéristiques personnelles, bien-être et santé.
[11] on estime au moins à 300CHF/ jour le coût d’une absence professionnelle en termes de coûts directs et indirects confondus. (Läubli & Müller, 2009).
[12] Läubli, T. & Müller, C. (2009). Conditions de travail et maladies de l’appareil locomoteur : estimation du nombre de cas et des coûts pour la Suisse.
[13] Ramaciotti, D., & Perriard, J. (2000). Les coûts du stress en Suisse.
[14] SECO (2014). Conditions de Travail. Les facteurs de risques psychosociaux au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate