« Le management agile n’est pas synonyme d’auto gouvernance, mais d’une nouvelle conception de l’autonomie. »

Ismat group publié le 5 mai 2022

Article paru dans « Entreprises Romandes Le Magazine »  de la Fédération des Entreprises Romandes (FER).

« Le management agile n’est pas synonyme d’auto gouvernance, mais d’une nouvelle conception de l’autonomie »

Le management agile sera au cœur d’une formation de trois jours qui se tiendra à la FER Genève. Nicole Monnerat, directrice d’ISMAT Consulting qui propose cette formation, explique quelles sont les raisons d’assister à ce programme de formation.

Qu’est-ce qui vous pousse à offrir ce séminaire sur l’agilité en management à la FER Genève ?

Depuis vingt-cinq ans, ISMAT Consulting propose des accompagnements et du conseil aux entreprises, ainsi que des formations, des ateliers, mais aussi des audits et sondages. Notre mission consiste à soutenir et développer les entreprises au niveau de la gouvernance, du management et de la conduite du changement. Nos interventions dans tous les secteurs de l’économie nous placent aux premières loges pour observer les défis auxquels les managers sont confrontés. Nous travaillons avec la FER Genève depuis plusieurs années, en délivrant des formations et conférences sur des thématiques qui visent à préparer le monde du travail de demain. Il y a de vrais besoins de réponses dans ce domaine. C’est dans ce cadre que nous proposons ces 3 jours sur l’agilité en conduite d’équipe.

 

Qu’est-ce qui distingue le management agile des autres formes de management ?

Le management agile met l’accent sur l’autonomie des équipes et répond aux nouvelles contraintes du travail.

Aujourd’hui, on attend des dirigeants qu’ils fassent plus avec moins, tout en faisant face à des perturbations inattendues et toujours plus fréquentes. Le management agile leur permet de s’aligner rapidement aux nouvelles orientations, aux contraintes du marché et aux changements perpétuels qui rythment le monde des entreprises. Il permet de s’adapter aux incertitudes et à la complexité croissante, tout en considérant et en intégrant le vécu et les attentes des collaborateurs. Il est une façon de mobiliser rapidement les équipes pour agir et prendre les meilleures décisions.

Le management agile s’organise autour de trois piliers :

  • la connaissance de toutes et tous de la vision et de la raison d’être de l’organisation, afin que tous les projets y soient alignés
  • la définition des rôles et des périmètres d’autorité de chaque membre de l’équipe
  • et, finalement, des processus et modes de décision clairs et transparents.

Par ailleurs le soin rigoureux apporté aux liens avec et au sein des équipes est ce qui garantira l’équilibre du système.

Le principal enjeu de ce type de management, pour le dirigeant, est de trouver la bonne posture entre autorité, délégation et confiance, afin de développer l’auto-organisation et l’intelligence collective de son groupe.

 

Comment s’organisera la formation ?

Elle est ouverte à toute personne qui gèrent une équipe, quel que soit son niveau hiérarchique. Elle se déploie sur 2 jours, puis 1 jour quelques semaines plus tard. Nous aborderons, de façon très interactive et participative, tous les aspects du rôle de l’encadrement, en élaborant une cartographie des enjeux du moment pour chaque participant, dans sa réalité quotidienne. Nous définirons ensuite les meilleurs outils et les moyens d’action pour développer son rôle et son équipe, en toute agilité.

Le management agile s’applique aux entreprises de tous les secteurs ; il peut même se développer dans des équipes faisant partie de structures très conventionnelles.

Le troisième jour de la formation sera l’occasion de faire des retours d’expérience sur la mise en pratique dans le quotidien des outils découverts. Il s’agit d’une journée d’approfondissement, mais aussi de collecte de meilleures pratiques et d’élaboration de plans d’action.

 

Le management agile fait parfois l’objet de critiques , qu’en dites-vous?

Certaines personnes pensent qu’accroître l’autonomie des collaborateurs est une porte ouverte vers le chaos. Toutefois, développer les libertés au sein des équipes ne signifie pas devoir accepter l’anarchie !

Paradoxalement, l’agilité passe par la définition rigoureuse de règles de fonctionnement précises, connues de toutes et tous et qui serviront de repères sécurisant pour tout le monde.

Plus le cadre est solide, plus la liberté peut s’épanouir. C’est à cette condition que la confiance, l’initiative et l’innovation peuvent se développer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate