Visana et Clinique du Travail

Ismat group publié le 8 janvier 2019

Depuis 2010, les prestations de Case Management offertes aux assurés par la Visana sont réalisées en partenariat avec la Clinique du Travail.

Pour Visana, l’objectif du Case Management est de mobiliser les personnes assurées le plus tôt possible, en collaborant avec tous les acteurs et institutions concernés (employeur, assurances sociales, médecins traitants, avocats, commissions du personnel, syndicats) afin de favoriser un retour ou une réinsertion professionnelle.

En quoi consiste le case management à la Visana?
À la Visana, nous voyons le case management comme un instrument d’empowerment pour la personne qui peut se retrouver en incapacité de travail pour diverses raisons. En lui proposant un accompagnement qualifié, nous souhaitons l’aider à prendre ou reprendre une certaine maîtrise sur sa vie. Le choix lui appartient de saisir cette opportunité ou non. Le case manager mobilise les ressources des personnes et leur redonne force et confiance en elles-mêmes, en favorisant leur retour au travail. Ce retour est non seulement l’objectif principal du case management, mais également un instrument pour le case manager.

Quel est votre constat sur l’évolution de la sinistralité ces trois dernières années?
La sinistralité dépend de la gravité et de la durée de la totalité des cas de maladie. Suite à l’instauration du case management, nous avons réussi à réduire la durée moyenne des absences. Cependant, nous avons également constaté une hausse de la moyenne de l’indemnité journalière-assuré, qui s’explique par le fait que certains cas d’absence proviennent de collaborateurs dont le salaire peut être plus élevé* (ingénieurs, cadres).
*L’indemnité journalière (IJ) est calculée en fonction du salaire : plus le salaire est élevé, plus l’indemnité augmente.

Quelles sont les raisons qui vous ont amenée à collaborer avec la Clinique du Travail?
Nous avons rapidement pris conscience du fait qu’il nous fallait une personne sur place. Cela nous a amenés à collaborer avec des partenaires externes. Collaborer avec la Clinique du Travail est un avantage, car nous bénéficions d’une grande flexibilité. Nous faisons appel à ses services en fonction de nos besoins. Il n’y a pas d’obligation dans le nombre de dossiers à donner : nous ne soumettons que ceux pour lesquels nous estimons qu’un accompagnement est nécessaire. Cette liberté d’action est un réel point fort car elle crée souvent une riche adéquation entre la Clinique du Travail et l’assuré.

«La valeur ajoutée de la Clinique réside dans sa capacité à traiter des sinistres complexes »

Avez-vous pu calculer des retours sur investissement?
Absolument. L’année dernière, nous avons soumis une centaine de cas à la Clinique du Travail, sur lesquels nous avons calculé un retour sur investissement de 2.2. Cela signifie que pour chaque franc investi, nous en avons économisé CHF 2.20. Depuis le début de notre collaboration en 2010, le R.S.I moyen est de 3, ce qui constitue un résultat satisfaisant. Nous avons calculé en outre que dans plus de 50% des cas, l’accompagnement a été nécessaire et a concouru à faire regagner une capacité de travail. Ces bons résultats sont dus au fait que nous donnons les dossiers suffisamment tôt: cela optimise les possibilités d’accompagnement. Chaque situation est bien entendu particulière et il existe souvent une période de convalescence ou de rémission nécessaire, mais nous estimons toutefois que l’accompagnement doit être proposé dans les 6 premières semaines environ.

Quel est le rôle exact de Visana dans le processus de case management qu’elle propose ?
Il y a des situations pour lesquelles un case management ne peut rien faire, c’est inéluctable. Pour toutes les autres, il apporte des solutions ou permet de les faire avancer. Notre rôle consiste à distinguer ces deux cas de figure. Dans le cas où nous décidons de proposer un CM, nous essayons de le faire au plus tôt. Une intervention précoce est primordiale, car elle apporte de la visibilité lorsque l’on ne dispose d’aucune information. En fonction des constats du case manager, nous identifions les meilleures mesures d’accompagnement à
proposer à l’assuré.

Quels sont les bénéfices que vos entreprises clientes en retirent?
L’entreprise assurée profite d’un accompagnement et d’une assistance pour son collaborateur. La réduction de la durée d’incapacité et un potentiel de réinsertion sont les deux résultats majeurs. Un bénéfice supplémentaire de l’accompagnement en Case Management concerne l’engagement d’un collaborateur envers son employeur : si les personnes peuvent retourner à leur place de travail, leur loyauté envers l’entreprise s’en trouve approfondie et améliorée. L’entreprise, elle, ne perd pas de savoir-faire et le lien entre les deux parties est renforcé, la personne s’étant sentie considérée durant son absence. La loi limite l’employeur dans sa capacité d’intervention: il est donc nécessaire d’avoir un contact intermédiaire qui crée ce lien et qui puisse filtrer les informations pertinentes à transmettre. La Clinique dispose d’une grande liberté dans les mesures d’accompagnement proposées aux assurés.

Quelle est la valeur ajoutée de la Clinique du Travail?
Le facteur le plus important réside dans la qualité d’analyse de la situation. C’est le cœur du case management et le travail de la Clinique dans ce domaine est excellent. Nous recevons un rapport complet après chaque évaluation. Cette évaluation est le point le plus fort de la Clinique. La complémentarité des profils des case managers constitue également un atout. Une grande partie du succès dépend en effet de leur personnalité.

«Si les personnes peuvent retourner à leur place de travail, leur loyauté envers l’entreprise s’en trouve approfondie, améliorée »

Justement, quel est le profil d’un bon case manager ?
Une grande intégrité personnelle est une qualité essentielle : elle permet d’évaluer ce qui est nécessaire et prudent; cela influence positivement la manière de se présenter et d’exposer la situation. Le case manager n’est pas le messager de l’assurance : son rôle est indépendant. A ce titre, il doit à la fois respecter les intérêts de l’assuré, de l’assurance et de l’entreprise. Il est un relais qui ouvre une porte à la personne en incapacité de travail. Ce n’est pas facile : voilà pourquoi nous apportons un maximum de soutien.

Quel est le principal point fort de cette collaboration?
J’ai intégré mon poste avec une ambition : prouver que le case management a un réel impact. C’est le cas puisque les résultats sont là. Pour la Visana, outre le R.S.I., la valeur ajoutée de la Clinique réside dans sa capacité à traiter des sinistres complexes. Depuis 2010, nous sommes satisfaits de notre collaboration avec elle. Les résultats des questionnaires de satisfaction que nous envoyons aux assurés suite aux accompagnements sont par ailleurs très bons. Les personnes déclarent se sentir entendues et respectées dans le processus de case management. Nous avons confiance en la Clinique du Travail. Nous travaillons main dans la main et sommes capables de nous donner des feedbacks permettant de faire évoluer notre collaboration.

Nadja Hunziker
Nadja Hunziker est avocate de formation. Elle travaille depuis 2010 à la Visana et depuis 2014 dans son attribution actuelle, en tant que responsable achats de prestations Case Management. Elle a développé des instruments pour mesurer l’efficacité du Case Management et pour harmoniser le processus d’octroi de mandats.

Quelques chiffres
3 R.S.I. d’un cas traité par la Clinique du Travail
6 ans de partenariat
10 dossiers en cours en moyenne
314 cas soumis à la Clinique du Travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate